Archive | Canada Experience Class RSS feed for this section

Changes to English or French Language Testing for Immigration

10 Mar

Citizenship and Immigration Canada has just announced that English or French language test scores, to prove proficiency, will now be required at the beginning of the application process. The immigration regulations/policies to immigrate to Canada, have permitted applicants to provide alternate proof of language ability. This option to provide alternate proof was generally aimed at those applicants who either came from countries where English or French were prevalent (main) languages or where the applicant had taken most of their education in English or French. All others were usually required to show proof of language ability via a test score from one of the recognized testing agencies such as IELTS. 

With this change in process, it is now even more imperative that proof of language ability is provided at the beginning of the process for those wishing to immigrate to Canada as Federal Skilled Workers (FSW) or under the Canada Experience Class (CEC). The full memorandum is provided below.

******************************

Good afternoon,

 

I am writing to inform you of an administrative change in the treatment of documents submitted as proof of language proficiency under the Federal Skilled Worker (FSW) category and Canadian Experience Class (CEC).  Citizenship and Immigration Canada (CIC) understands that this change may affect the advice immigration representatives provide to their clients.  With this in mind, we would ask that you kindly inform your members of the following administrative change.

 

Effective April 10, 2010, visa officers will only consider the evidence of language proficiency provided at the time of application.  Currently, if a written submission does not satisfy the visa officer that the applicant has demonstrated the level of language proficiency claimed, the applicant is offered the opportunity to undergo and submit the results of a designated language test.  Under the new directive, visa officers will no longer offer the applicant a “second chance” to prove their language proficiency when the written evidence does not support their claim.  This will apply to all FSW and CEC applications received on or after the effective date.

 

This change is another improvement which supports the Action Plan for Faster Immigration.  A survey of missions abroad revealed that a substantial proportion of applicants worldwide are providing written submissions as evidence of language proficiency, and a sizeable majority of these submissions do not support the level claimed.  Offering these applicants a “second chance” not only lengthens the processing of their applications, but also adds to the overall processing burden for all FSW applications.  Consequently, removing this extra step in the process will improve processing times.

 

I would also like to take this opportunity to remind you that the option of providing a written submission as proof of language proficiency is only recommended for those for whom English or French is a first language, as they are able to easily demonstrate a high level of proficiency.  Application kits provide guidance on the types of information that should be included.  For others, providing the results of a language test by a designated language testing agency ensures a higher degree of reliability and transparency.  FSW applicants will know from the outset how many language points will be awarded on the selection grid, and CEC applicants will know whether they meet the minimum language requirement.  Therefore, it is strongly recommended that these applicants have language test results before application.

 

Thank you in advance for your cooperation on this matter.

 

 

 

Monsieur / Madame,

 

Je vous écris pour vous informer d’un changement administratif dans le traitement des documents présentés à titre de preuve des compétences linguistiques dans les catégories des travailleurs qualifiés (fédéral) (TQF) et de l’expérience canadienne (CEC). Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) comprend que ce changement risque d’avoir une incidence sur les avis fournis par les représentants en immigration à leurs clients.  C’est pourquoi nous vous demandons d’avoir l’obligeance d’informer vos membres du changement administratif suivant.

 

À compter du 10 avril 2010, les agents des visas ne prendront en considération que les preuves de compétence linguistique fournies au moment de la présentation de la demande. À l’heure actuelle, si l’explication écrite et les documents à l’appui (la soumission) ne convainquent pas l’agent des visas que le demandeur possède le niveau de compétence linguistique déclaré, on donne la possibilité à ce dernier de passer un test d’évaluation linguistique administré par un organisme désigné et de présenter les résultats obtenus à ce test. Aux termes de la nouvelle directive, les agents des visas ne donneront plus aux demandeurs de « seconde chance » de prouver leurs compétences linguistiques si la soumission n’est pas convaincante. Cette directive s’applique à toutes les demandes dans les catégories TQF et CEC qui seront reçues à partir de la date de prise d’effet.

 

Ce changement est une autre amélioration à l’appui du Plan d’action pour accélérer l’immigration. Une enquête réalisée dans les missions à l’étranger a révélé qu’une proportion importante des demandeurs présentent des soumissions comme preuve de leurs compétences linguistiques, et qu’une bonne majorité de ces explications écrites ne sont pas révélatrices du niveau de compétence allégué. Offrir à ces demandeurs une « seconde chance » ne fait qu’allonger le processus de traitement de leur demande, et contribue également à alourdir le fardeau du traitement de toutes les demandes dans la catégorie des TQF. Par conséquent, l’élimination de cette étape supplémentaire du processus entraînera une amélioration des délais de traitement.

 

Je profite de l’occasion pour vous rappeler qu’offrir la possibilité de présenter une soumission à titre de preuve des compétences linguistiques n’est recommandé qu’aux personnes dont l’anglais ou le français est leur première langue, étant donné qu’elles peuvent facilement démontrer un niveau de compétence élevé. Les trousses de demande fournissent des instructions sur le genre de renseignements à fournir. Pour les personnes qui n’ont ni le français ni l’anglais comme première langue, fournir les résultats d’un test d’évaluation linguistique administré par un organisme désigné garantit un degré plus élevé de fiabilité et de transparence. Ainsi, les demandeurs dans la catégorie des TQF sauront dès le départ combien de points liés aux compétences linguistiques leur seront attribués sur la grille de sélection, et les demandeurs dans la catégorie CEC sauront s’ils respectent les exigences minimales sur le plan des compétences linguistiques.  Ainsi, il est fortement recommandé que ces demandeurs aient reçu les résultats de leur test de langue avant de présenter une demande.

 

Nous vous remercions à l’avance de votre collaboration.

 *******

END

Advertisements